Pour que l'action de cette fédération continue penser a adhérer

Liste des pages

Page 1) accueil

Page 2) Communiqué de presse et publication

Page 3) Photo de prédation

Page 4) Attaques de loups sur l'homme

Page 5) Combien d'animaux cruellement massacrés par les loups en France?


assemblée générale de la FAR

Pour une campagne et une montagne vivantes et dynamiques sans loup

AG





jeudi 28 novembre 2013

Loup : comprenez-vous l’attitude des associations FERUS, LPO et ASPAS ?

http://alpesdusud.alpes1.com/component/poll/1429-loup-comprenez-vous-lattitude-des-associations-ferus-lpo-et-aspas-

Loup : comprenez-vous l’attitude des associations FERUS, LPO et ASPAS ?
C'est le titre d'un sondage qui semble joué d'avance:
Il y a déjà 80 % de oui et quand nous votons cela ne fait pas bouger...
Il y a donc 2 solutions soit les bénéficiaires du sondage ont été averti a l'avance et on mobilisé les 2% de la population qui a voté vert aux dernières présidentielles
Soit il ont toujours un expert en sécurité informatique dans leurs rangs et tous les sondages de ce type auront le même résultat quelque soit la question et le nombre de votant...

Il ne faut donc pas utiliser le sondage mais  le référendum ( ou la votation comme ils disent en suisse) cela donnera des résultats très différents...

11 commentaires:

  1. dans chaque élections ou sondage truqués, c'est sans appel 80% de pour ou de contre

    RépondreSupprimer
  2. c'est pas des sondages ! un sondage répond à des critères précis, disons "scientifiques" mais avec prudence, basés sur critères précis, méthode des quotas, alors qu'ici répond qui veut, parce qu'il a vu la question et active son réseau : cela n'a strictement aucune valeur et que les médias jouent ce jeu ridicule ne montre que ceci: ils ne savent plus que faire pour amener les gens à les lire! c'est inquiétant

    RépondreSupprimer
  3. Lacourt, pour une fois que je suis d'accord avec une intervention! C'est évident que pour comprendre une opinion, ce n'est franchement pas une méthode appropriée, tout comme ceux qui se basent sur la mobilisation lors des manifestations... Ne reste plus qu'à effectuer un vrai travail. J'ai envie de vous dire, comme dans tous les sujets relatifs aux grands carnivores, y a-t-il une volonté d'effectuer un travail sérieux, de part et d'autre? J'en doute...

    Scientifique de métier, rural de sang

    P.S. je viens débattre uniquement de l'aspect scientifique de la question, et si possible de façon constructive. Je ne suis que peu intéressé par les valeurs personnelles et émotions des uns et des autres...

    RépondreSupprimer
  4. on pourra comprendre l'attitude des associations intégristes lorsque il feront respecter la loi:
    article 113-1 du code rural, l'état s'engage à : alinéa 8:
    8° Assurer la pérennité des exploitations agricoles et le maintien du pastoralisme, en particulier en protégeant les troupeaux des attaques du loup et de l'ours dans les territoires exposés à ce risque

    RépondreSupprimer
  5. L'état assure votre pérennité en vous gavant de subventions. Si, malgré ces aides vous n'êtes pas capables d'assumer le travail, changez de métier.

    Chaque métier a ses contraintes. On n'entend pas les ambulanciers se plaindre de devoir bosser le week end, les marins-pêcheurs de devoir partir de chez eux pendant plusieurs mois, les vendeurs de rencontrer des clients qui disent non etc etc...

    Il est temps pour les bergers integristes de grandir et de revenir à la réalité.
    Quand on lâche ses animaux dans la nature sauvage on en assume toutes les conséquences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On devrait aussi dégraisser les subventions aux associations écolos qui ne servent à rien et surtout pas à produire quelque choise. Les hôteliers lourdais sont aussi subventionnés pour se mettre aux normes et les écolos ne s'en plaignent pas. Curieux !

      Supprimer
  6. Les animaux ne sont pas lâchés dans la nature, mais dans des propriétés, propre au éleveurs ou louées...

    A aucun moment les éleveurs ( et ou bergers) ont refusés de quitter leurs familles pour faire leur travail, par tous les temps i compris le week end...

    vos propos et amalgame monsieur petit jean sont totalement déplacés

    RépondreSupprimer
  7. Ce qui est déplacé c'est une profession grassement subventionnée par l'etat qui encore ose se plaindre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vis de quoi toi ? Fonctionnaire ou chomeur ?

      Supprimer
  8. Le voilà encore, totalement défoncé.
    Ce sont les loups qui sont lâchés dans la nature et des Petits Jeans.
    Dieu nous en préserve !
    JLEEV

    RépondreSupprimer
  9. petit jean envers et contre toute démocratie, comme tous les écologistes intégristes d'ailleurs.
    Par leur contribution à la production, à l'emploi, à l'entretien des sols, à la protection des paysages, à la gestion et au développement de la biodiversité, l'agriculture, le pastoralisme et la forêt de montagne sont reconnus d'intérêt général comme activités de base de la vie montagnarde et comme gestionnaires centraux de l'espace montagnard.
    En conformité avec les dispositions des traités instituant la Communauté économique européenne, le Gouvernement, reconnaissant ces rôles fondamentaux de l'agriculture, du pastoralisme et de la forêt de montagne, s'attache à :
    1° Encourager des types de développement adaptés à la montagne, notamment en consentant un effort particulier de recherche appropriée aux potentialités, aux contraintes et aux traditions de la montagne et en diffusant les connaissances acquises ;
    2° Mettre en oeuvre une politique agricole différenciée favorisant l'élevage et l'économie laitière dans les secteurs qui n'ont pas la possibilité de productions alternatives ;
    3° Promouvoir les productions de qualité et faire prendre en compte leurs spécificités dans le cadre de l'organisation et de la gestion des marchés agricoles et forestiers, notamment dans le cadre des organisations interprofessionnelles reconnues ;
    4° Assurer la préservation des terres agricoles, pastorales et forestières ;
    5° Prendre en compte les handicaps naturels de l'agriculture par des mesures particulières visant notamment à compenser financièrement les surcoûts qu'ils génèrent, ainsi qu'à financer les investissements et le fonctionnement des services collectifs d'assistance technique aux exploitations et à leurs groupements ;
    6° Faciliter, en tant que de besoin, la pluriactivité par la complémentarité des activités économiques ;
    7° Conforter la fonction environnementale de l'activité agricole en montagne, notamment par la voie contractuelle ;
    8° Assurer la pérennité des exploitations agricoles et le maintien du pastoralisme, en particulier en protégeant les troupeaux des attaques du loup et de l'ours dans les territoires exposés à ce risque.

    Mais ça se sont des décisions prisent démocratiquement que la dictature verte, bien représenté par le petit jean défoncé, ne supporte pas!

    RépondreSupprimer