Pour que l'action de cette fédération continue penser a adhérer

Liste des pages

Page 1) accueil

Page 2) Communiqué de presse et publication

Page 3) Photo de prédation

Page 4) Attaques de loups sur l'homme

Page 5) Combien d'animaux cruellement massacrés par les loups en France?


assemblée générale de la FAR

Pour une campagne et une montagne vivantes et dynamiques sans loup

AG





dimanche 31 mars 2013

Une arme de guerre pour appliquer le «plan loup»

http://www.journaldelenvironnement.net/article/une-arme-de-guerre-pour-appliquer-le-plan-loup,33925
"
Elle est considérée comme une arme de première catégorie, dont l’acquisition et la détention sont interdites sauf autorisation particulière. Depuis quelques jours, le président des louvetiers de la Drôme est en possession d’une telle arme, à savoir une lunette à amplification de lumière montée sur une carabine.
"

Une arme pour l'ensemble d'un département...
Cela n'aurait il pas coûter moins cher d'inviter l'armée a réaliser les tirs, cela pourrait être un entraînement...


"Dans le cadre de la mise en œuvre du plan Loup, qui prévoit l’abattage de 24 loups en 2013, soit 10% des loups présents sur le territoire français "

Ces chiffres présentés comme cela constitue un mensonge:
-le plan ne prévoit pas l'abattage, mais une possibilité de tir...
Nous verrons si ces possibilité sont réalisées ou pas?

-10% ce chiffre est totalement faux...
Car il y avait officiellement 250 loups en janvier 2012
avec un taux d'accroissement de près de 30% par an
il y aurait officiellement au moins 315 loups au début 2013, sans compter les effets du nouveau système de comptage, l'oncfs nous proposera un chiffre dans plusieurs mois, dans le plan loup il appelle cela la réactivité

Avez-vous peur du loup ?

http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/Loups/Cohabitation-Danger-Comportement-Homme/Video-Thomas-Pfeffer-Peur-du-loup.html
"
A l’écouter parler du loup, nous comprenons que nous avons affaire à un doux rêveur aussi inconscient de la réalité qu’irresponsable. Il se répand en propos et affirmations inexacts et approximatifs dans les médias sur "sa fascination pour le loup". Il est vrai qu’à la place qu’il occupe, il ne prend pas beaucoup de risques à admirer la bête que, manifestement, il n’a vu que dans des Parcs animaliers, en captivité et parfaitement habitués au contact de l’homme qui le nourri. A l’évidence, nous ne parlons pas des mêmes loups que ceux qui vont croquer les troupeaux.
Soyons un peu sérieux et cessons de vendre du rêve qui devient vite mensonger. Cessons de refuser la réalité : le loup est une catastrophe écologique, humains, sociale, économique. C’est une évidence avec plus de 6 000 brebis tuées. Des éleveurs / bergers au bout du rouleau lorsqu’on lit les témoignages d’Anita Jouffrey déjà en 2007 et celui Caroline Ailhaud, dans les Alpes de Haute-Provence en 2012. Sept ans de cohabitation forcée avec des mesures de protection renforcées y compris pour les enfants, et une situation qui ne fait qu’empirer en voyant la mise en place de cellules psychologiques de la MSA.
Refuser de voir cette réalité, poursuivre à mentir en vendant du rêve dans des conférences et sur les médias, c’est, à l’évidence de l’irresponsabilité qu’il convient de dénoncer. Ce Pfeiffer n’est pas crédible.
Source d’informations : Wikipedia
Auteur : Louis Dollo, le 4 mars 2013
"

Le plus inquiétant avec ce personnage c'est qu'il semble être au contact des enfants, qu'il aurait en plus autorité sur eux, car il semble qu'il soit enseignant...
Doit il rester au contact des enfants? reste-t-il neutre devant eux? ou se comporte-t-il en militant?

La pression du loup, l'écoeurement des éleveurs

http://www.patre.fr/actualites/la-pression-du-loup-l-ecoeurement-des-eleveurs:X9ZE1HTB.html
"« Les mesures de protection ne sont pas efficaces, constate un éleveur haut savoyard, les troupeaux sont tous protégés et il y a toujours des attaques ». « Les patous et les filets peuvent faire baisser le nombre de brebis prédatées mais pas le nombre d’attaques » confirme Bernard Dinez, un éleveur savoyard qui a envoyé ses 500 brebis sur trois alpages avec trois bergers et quinze chiens. « Malgré les protections, j’ai subi trois attaques cet été. En plus de ce stress permanent, il faut ensuite se battre pour se faire indemniser ». Car l’administration ne semble pas faciliter les choses. « Le préfet nous a refusé un tir de prélèvement car il n’y a pas eu assez de bêtes tuées selon lui » enrage un éleveur isérois alors que plus de 250 animaux sont morts à cause du loup sur le département en 2012."
 

Loup pendant une semaine sur france info

http://www.franceinfo.fr/Cinq-jours-a-la-une-Redaction-de-France-Info
du lundi au vendredi 6h22, 7h55, 11h40, 13h25 et 22h10   

france info annonce aujourd'hui une semaine sur les loups il faudra être a l'écoute...
 

samedi 30 mars 2013

la chronique sur les bergers

http://www.franceinter.fr/emission-la-chronique-de-marcel-rufo-les-miniatures-du-lointain

Cette chronique nous avait été annoncé pour mardi elle est passée vendredi

a écouter pour comprendre la valeur des choses, la générosité...

vendredi 29 mars 2013

Plan loup 2013-2017: les ONG prudentes ou carrément critiques

http://www.france24.com/fr/20130328-plan-loup-2013-2017-ong-prudentes-carrement-critiques
"
Plusieurs associations de défense de l'environnement ont réagi jeudi au projet de plan arrêté par le "Groupe national loup", certaines en "prenant acte, sans l'approuver", d'autres dénonçant carrément "un plan de chasse contre une espèce protégée".
"

Ces associations oublient de dénoncer les lachés de loup, les mensonges de l'uicn, qui déprotégeraient les loups et leurs feraient perdre leurs fonds de commerce

Tous à l'AG du 8 avril à Forcalquier!

http://www.eleveursetmontagnes.org/actualite/13-actualite/693-tous-a-lag-du-8-avril-a-forcalquier
"
L'assemblée générale d'E&M se déroulera le lundi 8 avril prochain, à partir de 14h, à l'Espace Bonne Fontaine, à Forcalquier. Si vous souhaitez y assister, merci de vous inscrire sur contact@eleveursetmontagnes.org Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Après un plan loup qui s'annonce plus que décevant, il est plus important que jamais de montrer la mobilisation de la profession et d'être présents en nombre à Forcalquier pour parler de l'avenir. L'association invite les éleveurs de la région PACA à venir nombreux à cette première assemblée générale régionale qui réservera quelques surprises et annonces retentissantes... Le combat continue et les éleveurs n'ont pas dit leur dernier mot ! Merci d'avance pour votre présence. La montagne compte sur nous !
"

Hautes-Alpes : le nombre d’attaques de loup a baissé de 15%

http://alpesdusud.alpes1.com/infos/infos-locales?view=info&id_news=24618#.UVXSEq1XyLg.gmail
"
Enfin, le montant de l’aide à la protection des troupeaux (209 contrats) s’est élevé à 1 271 389 euros dans les Hautes-Alpes pour l’année 2012. La direction Départementale des Territoires des Hautes-Alpes, organisera le 29 avril une journée pour recevoir et informer les éleveurs sur les tirs de défense. Les éleveurs auront la possibilité de déposer directement leurs demandes.
"

L'enquête publique devant précéder l'arrêté ministériel n'a a notre connaissance pas encore commencé...
Le projet de document n'est pas rendu publique contrairement aux obligations liés a la convention d'Aarhus

Comment le préfet va-t-il faire pour informer les éleveurs?


15% de moins en 2012 dans les hautes alpes, il y a des départements ou cela peu être une année moins 50% et la suivante plus 100 % comme l'isère sans que cela est de véritable influence au niveau nationale...
Mais pour les éleveurs touchés  c'est toujours le même carnage, désastre, catastrophe...

jeudi 28 mars 2013

Deux loups aperçus par les pisteurs des Grands Montets

http://www.chamonix.com/actualites,deux-loups-apercus-par-les-pisteurs-des-grands-montets,54-3872,en.html
"
C’était il y a tout juste une semaine, le mardi 26 février. Au dessus d’Argentière, deux pisteurs des Grands Montets découvraient non pas un, mais deux loups sur les pistes de ski du secteur de la Pendant.
On écoute l’un des deux pisteur, Jules Berger.
"

Il n'y a pas de raison que les loups ne rodent pas dans ce coin de haute savoie...
 

Compte-rendu de l’Assemblée Générale de l’Association des Eleveurs et Bergers du Vercors Drôme-Isère


 
du 16 mars 2013 à ROCHEFORT-SAMSON

 

Présents à la Tribune :   Mr THIRARD Guillaume, Sous-préfet de Die, Mr VIGNON Claude, Conseiller Général, M.CURT Président  de l’association, A. JOUVENT Secrétaire, J.-Y GIRARD,  A. BAUDOUIN.

Dans la salle : 120 adhérents et sympathisants, Madame GIT  Conseillère régionale,  les représentants de la confédération paysanne, de la coordination rurale, de l’association des Transhumants des Hauts Plateaux du Vercors, l’Association Solidarité Pastorale, la Fédération des Acteurs Ruraux.

Accueil très chaleureux par M. BERANGER, maire du village.

Introduction par Michel CURT, président de l’Association des Eleveurs et Bergers du Vercors.

1) Présentation du bilan des attaques et des coûts engendrés pour 2012 par Jean-Yves Girard

 Bilan des attaques en Drôme en 2012 :

69 attaques pour 226 victimes (204 ovins, 18 caprins, 3 bovins et un équin), 13 dossiers rejetés + 82 ovins issus de 4 troupeaux différents dont l’indemnisation a été acceptée du fait de la circulaire du 27 Juillet 2011,  23 caprins sont toujours en cours d’instruction. 199 bêtes disparues n’ont été remboursées qu’au titre des pertes indirectes (20% des pertes directes), elles n’apparaissent dans aucun bilan.

Il faut connaitre la circulaire du 27/07/2011 sur l’indemnisation des bêtes disparues mais aussi le remboursement des frais vétérinaires et des clôtures endommagées (sur factures). Joindre Annette  si vous souhaitez des explications.

 En Isère en 2012, 46 attaques pour 203 victimes et 16 constats rejetés pour 35 bêtes. Montant des indemnisations = 51 100 €

Certains éleveurs ne font plus de déclaration pour des raisons diverses ce qui minimise le nombre de victimes.

Coût des mesures de protection :

A ce jour, la Drôme a engagé 945 736€ pour 186 contrats prévus, 112 ont été payés pour la somme de 538 687 € montant qui va changer en fonction du retour des contrats.  La Drôme bat tous les records en matière de protection (évolution entre 2010 et 2011 de 72,74%). Cependant  sur 66 attaques imputées au loup au 22/12,  11 surviennent sur des troupeaux non protégés, 10 sur des troupeaux ayant 1 mesure de protection, 27 sur des troupeaux ayant 2 mesures, 18 sur des troupeaux ayant 3 mesures et 40 en présence de patous….

En Isère, 109 troupeaux sont protégés pour un engagement de 673 826 €.

En France : en 2011, 1299 unités pastorales étaient protégées pour 7,5 millions d’euros  et 1 424 000 € pour 4 913 victimes soit un total de 8 924 000€, en 2012, le montant de la protection devrait s’élever entre 9 et 10 millions d’euros pour au minimum 6 021 victimes et 1 909 651 € (somme provisoire pour l’indemnisation), 15 départements «  accueillent » des loups en 2012  contre 9 en 2010.

2) Présentation du classement en cercles par Annette JOUVENT

L’attribution de mesures de protection se fait selon le classement des communes en cercle 1 ou cercle 2. Pour être classé en cercle 1, il faut être en Zone de Présence Permanente avec des indices de présence confirmés par le réseau loup lynx ainsi que des dommages constatés (au moins une attaque).

Pour être classé en cercle 2, il faut être en zone d’extension prévisible, avoir eu au moins une attaque dans les deux ans ou être sur une commune intercalée entre des communes en cercles 2.

Il peut y avoir déclassement de 1 à 2  si aucune attaque n’est arrivée dans les 2 ans (avec une certaine souplesse si des contrats de protection sont en cours).

On comprend l’enjeu qu’il y a a être classé en cercle 1 ou 2 si l’on veut bénéficier des mesures de protection. Il est donc important de signaler aux gardes ou à la DDT toute présence de loups découverte sur un territoire : animaux sauvages ou domestiques prédatés, des empreintes de pattes etc, pour le maintien des communes en cercle de protection.

Cercles 1 en Drôme en 2012 : 123 communes en 2013. Sont déclassées de cercle 1 à 2 : Barbières, Aouste sur Sye, Dieulefit. Passent du cercle 2 en cercle 1 : La Bégude de Mazenc, St Dizier en Diois, Barret de Lioure, Villefranche le château car au moins une attaque imputable au loup ayant fait au moins une victime y a été constatée en 2012.

Cercles 2 en Drôme en 2013 : 84 communes dont Mollans sur Ouvèze, La Penne sur Ouvèze, Pierrelongue sont classés en cercle2  pour garder une cohérence avec le Vaucluse.

En Isère en 2012, 84 communes étaient en cercle 1 et 82 en cercle 2 en 2013, 96 seront classées en cercle1 et 80 en cercle 2.

3) Bilan moral et des activités de l’association par Alain BAUDOUIN  Voir le journal associatif pour ce point.

Nous affirmons la nécessité d’un « contre pouvoir » à l’administration et d’un apport différent et complémentaire aux syndicats. Une association forte et reconnue, des membres nombreux, actifs et informés est une nécessité impérative face à la gravité actuelle et à venir  de la prédation.

4) Présentation du nouveau Plan National Loup par Mr THIRARD , Sous-préfet de Die.

Le nouveau Plan National Loup, confirme que le loup conservera son statut de strictement protégé et que l’Etat poursuivra son effort de préservation du pastoralisme.

Monsieur le Sous- préfet commente différents points du Plan National Loup.

Rapidement, on se heurte à toutes les limites de ce texte. Il est impossible de relater ici la totalité des interventions, elles ont essentiellement portées sur :

- La trop grande proximité démontrée par l’enquête parlementaire de 2002 entre les administrations et les responsables des associations écologistes, rien n’a changé depuis cette date.

- L’impérieuse nécessité de la renégociation de la Directive Habitat et Convention de Berne ;

- Les positions de l’UICN France, Europe, Internationale ;

- Les positions de la Suisse qui va anticiper les dégâts ;

- Le vocabulaire du Plan National Loup volontairement vague qui rend difficile toute attribution de tirs de défense ou de prélèvement  et ouvre la porte du tribunal aux associations écologistes les plus extrémistes, à l’affut de  bonnes occasions pour s’enrichir et protéger les loups ;

- La responsabilité et la sécurisation des chiens de protection : quelles responsabilités, avec quels moyens ?

- Qu’en est-il des mesures de protection sur les bovins et les équins ? Demande à faire remonter aux instances de décisions ;

- La responsabilité de l’Etat dans la baisse des exploitations agricoles en France, encore aggravée par la prolifération de loups qui rend impossible la transmission des exploitations en Zone de Présence Permanente ;

- L’Etat qui ne protège pas les biens et les personnes ;

- La récente attaque à St BARDOUX à quelques mètres des maisons et à 5 km à vol d’oiseau du centre ville de Romans, et de souligner que les loups s’adapte aux clôtures et mesures de protection ;

- Les attaques de vautours sur un troupeau dans le sud de la Drôme ayant fait une soixantaine de victimes (brebis en mise bas et agneaux), attaques non reconnues mais ayant entrainé la création d’un observatoire du comportement des vautours (à suivre).

- Les caméras placées de façon illicite par des associations écologistes sur des terrains privés,  pour observer le comportement des bergers, leur travail, et les actions menées éventuellement en direction du loup.

- Et l’article 6  «  Le seuil de prélèvement maximal sera calculé selon une méthode basée sur le taux de croissance résiduelle. Ce taux permettra de garantir une augmentation du nombre de loups tout en permettant d’augmenter le nombre possible de prélèvements »

Entraine la révolte de l’assistance qui demande depuis des années que le nombre de loups soit maitrisé.

Enfin,  «  Il convient de ne pas porter atteinte à la conservation de l’espèce » entraine un long débat, car à partir de quel seuil, cette espèce sera-t-elle en état de conservation ?

Un débat participatif s’en suivra, révélateur d’un climat de tension, d’incompréhension, de colère mais sûrement pas de résignation.

5) Le CERCLE

Notre 2ème invité, M. ROBERT, éleveur (retraité) de brebis laitières sur le Causse Méjean, production de Roquefort, nous relate que la première attaque sur le Causse le 12/05/2012 a fait environ 150 victimes et a amené les éleveurs à créer le CERCLE (pour Collectif des Eleveurs de la Région des Causses de la Lozère et leur Environnement). Ce collectif a su réunir les différents syndicats et agir ensemble pour sensibiliser les hommes politiques et parvenir à une proposition de loi portée par le Sénateur BERTRAND,  acceptée par le Sénat qui va être soumise à l’Assemblée Nationale. 

Les associations (Association des Eleveurs et Bergers du Vercors + Solidarité Pastorale + FAR + Eleveurs transhumants) ont adhéré à ce texte estimant que cette proposition devrait entrainer un débat à l’Assemblée Nationale et que ce texte national, permettrait dans les zones ou les activités pastorales sont gravement perturbées une destruction supplémentaire de loups, indépendamment des tirs de prélèvement ou de défense autorisés par le Plan National Loup.

Où que nous soyons, éleveurs ou bergers, notre combat est commun, nous ne luttons pas seulement contre les loups qui ne sont rien sans les associations écologistes qui les protègent, mais contre l’Etat, Bruxelles et leurs conventions signées sans concertation préalable avec les principaux intéressés  et sans réflexion suffisante.

Un long débat s’en suivra sur la Convention de Berne et la Directive Habitats et l’absolue nécessité de la révision de ces textes.

6) La Fédération des Chasseurs de la Drôme

L’intervention de Mr HURTEVENT, Président de l           a Fédération des Chasseurs de la Drôme, conclura cette rencontre en évoquant l’étude scientifique réalisée par un administrateur de la fédération Mr MAZALAIGUE, sur l’évolution de la population de loups de 2013 à 2018, laquelle compte tenu d’une augmentation médiane de 20%  devrait dépasser les 600 loups en 2018. Mr HURTEVENT rappelle que le loup est strictement protégé par la Directive Habitat et la Convention de Berne au motif que son statut de conservation est considéré comme défavorable. Se pose alors la question  de connaitre le seuil à partir duquel ce statut est susceptible de devenir favorable ? Cette question, maintes fois réitérée auprès des plus hautes instances européennes et françaises n’a jamais obtenu de réponse. Tout simplement parce qu’en fixant un seuil on ouvrirait, sans risque de contentieux, des possibilités de régulation ou de destruction bien plus importantes que celles qui sont accordées aujourd’hui. C’est pourquoi la fédération des chasseurs a souhaité lancer ce débat à travers l’étude évoquée ci-dessus de façon à faire évoluer le statut de conservation du loup en fonction de données scientifiques et non selon les errements idéologiques d’une écologie radicale.

Mr HURTEVENT a rappelé le soutien total de la fédération des chasseurs aux actions de prélèvements conduites sous l’autorité du préfet par l’ONCFS, la louveterie et les chasseurs drômois. Il en a profité pour indiquer que grâce à l’action du sous-préfet de Die, l’opération visant à mettre à la disposition de la garderie et de la louveterie une carabine dotée d’une lunette à amplification de lumière va considérablement améliorer la réussite des tirs de prélèvement.

7) Revendications réaffirmées

Nous avons réitéré auprès de Mr le Sous-préfet nos propositions en matière de régulation de loups : 

- Accorder un droit de tir de défense à l’ éleveur et autres détenteurs de port d’armes désignés par lui, sans condition préalable, sans délai, transcrit dans des textes sans ambiguïté de façon à ne laisser aucune porte ouverte pour des recours au tribunal. Ces tirs seront également accordés aux louvetiers et aux agents de l’ONCFS, aux chasseurs pendant toute la période de chasse en précisant que le loup n’est pas un gibier.

- Mettre en œuvre immédiatement les marges de manœuvre existantes dans la directive Habitat pour augmenter les prélèvements sur la population de loups. Le calcul de quota de prélèvement doit être établi sur la population réelle et non à minima (EMR).

- DEMANDER A L’UNION EUROPEENNE LE RETRAIT DU LOUP DES ANNEXES II et IV DE LA DIRECTIVE HABITAT qui ne peuvent plus concerner une espèce aussi dynamique et aussi adaptable.

Propositions qui rejoignent celles du Centre d'Etudes et de Réalisations Pastorales Alpes-Méditerranée.

 

Remerciements aux invités.

Remerciements aux nombreux éleveurs, bergers et sympathisants présents dans la salle pour la pertinence et la ferveur de leurs interventions qui démontrent si cela était encore nécessaire, l’absolue nécessité de continuer à nous battre.

 

Secrétaire :

Annette JOUVENT

Un loup a été observé de très près dans le Haut-Valais

http://www.blick.ch/news/schweiz/westschweiz/hier-reisst-der-wolf-ein-reh-im-wallis-id2251212.html
http://www.tdg.ch/suisse/Un-loup-a-ete-observe-de-tres-pres-dans-le-HautValais/story/11123112
"
«C'était fascinant. J'ai pu m'approcher jusqu'à 30 mètres. Pouvoir observer un loup de si près était une expérience unique», a-t-il raconté au journal. «J'ai eu un peu peur car on ne sait jamais comment réagissent les animaux sauvages.»
Klaus Garbely a pu observer le prédateur tôt le matin, alors que le loup venait de capturer son chevreuil. «Ce n'était pas le premier, il en avait déjà attrapé un le jour d'avant»,
"

en suisse comme en france le millitantisme des intégristes de l'environnement fait que les mensonges de l'uicn n'ont pas encore été dénnoncé

Les jeunes agriculteurs et le loup

http://www.laprovence.com/article/edition-alpes/2280477/les-jeunes-agriculteurs-et-le-loup.html

"
le Plan loup a monopolisé une large partie des débats, en raison notamment de la présence de Christophe Castaner, député et président du Groupe national loup.
"En réalité un remix de l'ancien, sans rien de concret en dehors des 24 loups à tuer sur la période 2013-2017 !", a résumé à propos de ce plan l'un des jeunes agriculteurs repris de volée quelques minutes plus tard par le député, un rien agacé. "Il faut se tenir au courant, c'est 24 loups par an et non sur la période 2013-2017 !", a notamment relevé M. Castaner avant de souligner que "ce plan change le rapport que nous avons avec la question du loup. Jusqu'à présent on a privilégié la protection du loup avec beaucoup de moyens mis en oeuvre, ça a marché pour partie mais ce n'était pas suffisant".
Adapter les prélèvements à la prédation
Le député a précisé les nouveautés au niveau notamment des tirs de prélèvement après une attaque "plutôt que de faire des prélèvements quelque part au milieu de la forêt, ces tirs seront pratiqués désormais à proximité des troupeaux, des zones de pâturage, avec en plus la possibilité que vous organisiez sous l'autorité des préfets et en lien avec l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, des tirs de prélèvements collectifs avec jusqu'à dix personnes mobilisées !"
Par ailleurs, si les 24 prélèvements s'avèrent insuffisants "nous aurons la possibilité de nous revoir tous les six mois pour augmenter ce nombre et faire un bilan annuel pour que nous ne soyons pas sur un chiffre figé mais qui s'adapte chaque année à la prédation particulièrement importante !"
Tout en comprenant le désarroi des éleveurs touchés par les attaques, Christophe Castaner souhaiterait "entendre un discours un peu plus positif avec une seule exigence : que ce plan marche ! On peut continuer à jouer les pleureuses et à se dire "mon Dieu c'est pas assez bien", mais à un moment donné il faut se donner les moyens de réussir. Nous avons l'obligation de faire en sorte qu'enfin le loup se sente menacé lorsqu'il attaque les troupeaux et que l'on ait de vrais moyens pour mettre cela en oeuvre."
Et l'élu de terminer en rappelant à propos du loup : "Il faut garantir le maintien de l'espèce car c'est un engagement de la France qu'il faut tenir, mais il faut aussi éduquer le loup et surtout lui faire comprendre que dans le rapport de force qu'il a avec le troupeau il est perdant !".
Si Colette Charriau, conseillère régionale (EE-LesVerts) n'est pas allée hier jusqu'à dire que ce plan loup est "une grande avancée", tel que l'a assuré Francis Solda, président de la FDO 04, elle a néanmoins souhaité qu'il permette "de créer les conditions pour maintenir un élevage dans nos espaces".
"

Dans les documents qui ont été rendu publique nous n'avons pas trouvé d'arguments permettant d'être optimistes, si il y a des mesures qui n'ont pas été rendu publique c'est peut être pour cela que le publique ne comprend pas la position des élus...

Si il n'y a pas de nouvelles mesures? monsieur castaner, monsieur solda, madame charriau, comment allez vous faire baisser les prédation?

L’ours réapparait en Pays Toy, une plainte est déposée… contre Ferus !

http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/ours/France/Communication-Propagande/Plainte-contre-Ferus-Dollo-Ours-Pays-Toy-Cannellito.html
"
Les suites d’une vielle rumeur développée par qui ?
Tout débute par une rumeur sur le Net, notamment dans le milieu écologiste, qui apparait en septembre 2012 après une rumeur d’ours à Campbielh alors qu’il ne s’agissait que de… marmottes. La rumeur se poursuit et nous la notons début octobre 2012 parmi les nombreuses rumeurs qui ont circulé au cours des dernières 7 années…. Et comme toutes rumeurs elle fait l’objet de plaisanteries diverses sur le Net et ailleurs comme celle-ci en ligne et diffusée sur Internet depuis début octobre 2012.
Mais qui développe cette rumeur ? La dernière prédation à Bachebirou date du 17 septembre 2012. Par la suite, les troupeaux ont débuté leur descente ou ont changé de quartier. Pour l’ours les occasions de se manifester publiquement s’amenuisaient. Une situation qui plaçait la rumeur au niveau de plaisanterie. D’ailleurs, exaspérés par les questions stupides posées, certains éleveurs irons jusqu’à répondre : « L’ours ? Y en a plus ». Partant de là, chaque phrase prise hors de son contexte laissait la place à toutes les interprétations et manipulations des pisse-froids de l’écologie. Mieux encore, sur Facebook, ils ont soigneusement pris en compte ce qui les arrangeait, des phrases et des dialogues sortis de leur contexte, puis effacé ce qui les gênait. Vielle méthode déjà utilisée par l’association reine de la manipulation depuis les années 1980 dans les Pyrénées : Artus / Ferus.
C’est donc à partir de quelques phrases, voir même de mots, vicieusement tirés d’un échange sans grand intérêt qu’une plainte est déposée par Férus à mon encontre, en janvier 2013 pour « non dénonciation de la destruction d’une espèce animale protégée » en faisant référence aux articles L 411-1 et L 411-2 du Code de l’environnement (1). N’ayant pas vu d’ours, et ne l’ayant d’ailleurs pas cherché, j’aurais donc dû informer les services de gendarmerie ou de police de la destruction hypothétique d’un ours. Situation ubuesque. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait eux-mêmes ? Et pourquoi ne pas déposer plainte contre les quelques 2000 habitants du canton de Luz qui devaient bien savoir quelque chose sur la destruction de cet ours.
C’était sans compter sur le fait que le ridicule ne tue pas dans le monde de l’écologie profonde où tous les délires ont droit de citer. Mais….
Manque de chance, l’ours réapparait....

"

Lire la totalité de l'article sur le lien du haut de page

Si cette procédure va jusqu'a son terme, le jour du procès il faudra être le plus nombreux possible a tarbes pour soutenir: Louis, Le droit de s'exprimer, Les ruraux face a l'intégrisme ecologiste...

La Confération paysanne et ses éleveurs n’adhèrent pas au Plan loup

http://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2013/03/26/la-conferation-paysanne-et-ses-eleveurs-n-adherent-pas-au-plan-loup
"
La Confédération Paysanne n’est pas d’accord avec le président du Groupe national loup quand il parle “d’une vraie adhésion” des éleveurs au plan loup. “La vraie adhésion des éleveurs est une vue de l’esprit, qui ne correspond en rien à la réalité insupportable vécue par les éleveurs sur le terrain”, dénonce le syndicat agricole.
“Si la possibilité de se défendre doit bien évidemment être laissée aux éleveurs pour défendre leur cheptel attaqué, dès que c’est le cas, les possibilités d’utiliser des armes à canons rayés pour prélever des loups est d’abord du ressort des agents publics et non pas une charge supplémentaire à infliger aux éleveurs ni aux bergers”, constate la Confédération paysanne. Elle regrette que “le plan ne prévoit absolument rien de ce que la Confédération paysanne a soutenu comme proposition […]” Et constate que ce plan ”ne répondra pas à la pression insoutenable que produit la prolifération de l’espèce loup sur les activités pastorales.”
"

 

Les extrèmistes de l'environnement veulent une rançon

http://www.ferus.fr/actualite/ours-ferus-fiep-et-pays-de-lours-adet-rencontrent-une-nouvelle-fois-la-commission-europeenne#more-20442
"
Une délégation associative, représentée par les associations Ferus, FIEP Groupe ours Pyrénées et Pays de l’ours-ADET et accompagnée de Mme Catherine Grèze (Eurodéputée- EELV) a été reçue par la Direction Générale de l’Environnement à la Commission Européenne le 18 mars 2013.
Cet entretien fait suite à la lettre de mise en demeure envoyée par la Commission à la France en novembre 2012 du fait de manque de protection et de l’état défavorable de conservation de l’ours brun des Pyrénées.
Cette lettre de mise en demeure est la première étape du contentieux engagée par l’Europe à l’encontre de la France après le dépôt de huit plaintes depuis 2008 par des associations de protection de la nature.
"
 
Au état units ces groupuscules seraient dissouts et les meneurs emprisonnés pour trahison...
 
 
Mais l'europe avant de sanctionner la france devra répondre  a la lettre de l'ADDIP:
 
"

L’interrogation de l’ADDIP est alors la suivante : comment préserver cette double dynamique en
l’adaptant aux formes et besoins de la société contemporaine. C’est complexe, et l’imposition du retour des ours ne répond pas à cette complexité, au contraire même.
Imposition en effet, et c’est le premier point que nous souhaitons aborder (A) car il conditionne tout le reste et notamment les réponses à apporter aux questions posées aux groupes de travail. Le déni de démocratie sur lequel ce programme fut élaboré ne peut être éludé à moins de réduire l’Europe à cela contre quoi elle s’est construite : ce déni même. Nous aborderons ensuite (B) la réalité de l’ours dans les Pyrénées à partir des documents proposés aux participants de la réunion (les quatre «Report task Transboundary coop final »). Enfin (C) nous en viendrons à notre réponse aux questions posées dans les groupes de travail."



Mais l'europe devra aussi avant résoudre le problème des mensonges de L'uicn...
"

Inexact parce que les critères ne sont pas tous respectés. En effet le Guide UICN servant de base pour l’établissement des listes rouges nationales demande, page 18, que soit indiquée pour chaque espèce « la proportion (%) de la population mondiale présente dans la région. » Ce qui n’est pas fait et on comprend pourquoi : pour la seule Europe, la population d’ours présente dans les Pyrénées c’est au mieux 0,14% de la population, si l’on ajoute la Russie 0,014%, et au niveau mondial, celui où l’UICN demande de raisonner c’est … inexistant : 0,000…. etc.
"



Voila donc une résolution a 3 inconnues...
l'europe pourrat elle condamner la france alors que celle ci est dans sont droit?

«LES LYNX ET LES LOUPS, ON LES BOUSILLE, UN POINT C’EST TOUT»

http://www.illustre.ch/Lini-Paccolat-braconnage-braconnier-braconniers-Valais-braconnage-Valais_166336_.html
"
 J’ai chopé des amendes pour avoir tiré des chamois quelques jours avant l’ouverture de la chasse. J’ai dit au garde: «Pas de problème, t’as fait ton boulot.» Attention: je tire un chamois pour le porter à la maison mais pas pour le commerce de viande. Ceux qui tirent des daguets font du trafic d’armes et vendent la viande sont des crapules. Je suis un braconnier, mais un braconnier honnête. Ma passion, c’est les prédateurs, les renards, les lynx, les loups. Ça, les lynx, pas de problème! Parce qu’ils ont été introduits clandestinement par les écolos qui n’ont demandé leur avis à personne. Je n’ai pas peur de le dire. Les lynx et les loups, on les bousille, un point c’est tout. Enfin, les lynx, on les piège. On ne peut pas les tirer, on ne les voit jamais. J’en ai peut-être piégé une dizaine. On fait des collets, ils se prennent la tête dedans et ils sont pendus. Ils étouffent. Ça, ça fait deux ou trois ans que je ne l’ai plus fait. Mais j’ai des copains qui s’en occupent. J’ai formé des jeunes. On ne se laisse pas faire comme ça. Vous savez, quand on retrouve des mamans de chevreuils tuées par le lynx et qu’il y a encore le petit parce qu’elles allaient mettre bas, ça nous fait mal. Nous, c’est «A mort contre les félins». C’est à nous de nous en occuper, pas à ces crapules d’écolos. J’ai eu une monstre enquête une année. Mais j’ai toujours été soutenu par le service de la chasse parce qu’il n’en veut rien non plus, des lynx. Mon pauvre ami! Vous savez ce qu’ils disent les gardes-chasses? «Des Lini, il en faudrait dix.» En somme, je n’ai pas le droit de faire ce que je fais, mais je rends service à tout le monde. Des loups, je n’en ai jamais tiré, mais j’ai des connaissances qui en ont tiré, à Champéry. Je vais aussi à l’affût au renard. C’est autorisé de décembre à mi-février, mais si j’en vois un maintenant, je le tire, je mets de côté les pattes au congélateur et je les amène à l’automne au service de la chasse pour toucher la prime. J’ai 90 ans. Je n’ai jamais eu peur de rien.
"

A lire en totalité!
C'est bizarre les intégristes de l'environnement nous racontent toujours que tous va bien a l'étranger...

mercredi 27 mars 2013

100 000 pages lues

Merci au nombreux lecteurs qui font que nous venons de franchir un nouveau palier

Celui des 100 000 pages lues...

 Nous continuerons a vous informer pour vous remercier de votre assiduité

Les bergers circonspects après l'accord entre écologistes et éleveurs sur les 24 loups "abattables" chaque année

http://alpes.france3.fr/2013/03/25/ecologistes-et-eleveurs-d-accord-pour-tuer-24-loups-maximum-par-ecolos-et-eleveurs-d-accord-pour-tuer-24-loups-maximum-par-222957.html
"
Loin de cette réunion, ces mesures ne satisfont pas, car les tirs de défense sont soumis à conditions, le troupeau doit déjà avoir subi une attaque et être protégé efficacement par des enclos et des chiens. Puis, des mesures d'effarouchement sont obligatoires pendant sept jours. Des conditions obligatoires qui découragent les bergers. En quelques années, le nombre de bêtes tuées, en France, est passé de 0 à 5000.

Sept loups ont été tués entre 2008 et 2012. Ils sont au nombre de 250 aujourd'hui en France...

 

...Le chiffre de 24 "a été déterminé pour garantir la progression de l'espèce, mais une progression faible car actuellement, les loups progressent de 19% par an, ce qui est assez spectaculaire", a dit M. Castaner à l'AFP. Il sera réévalué chaque année.
Les ministres de l'Agriculture et de l'Ecologie, Stephane Le Foll et Delphine Batho, devraient prendre un arrêté de mise en oeuvre au plus tard fin mai.
"

Allez voir la vidéo sur france 3
L'inquiétude de cette éleveur, président du syndicat ovin du trièves, est fondée...

Surtout que tous les chiffres annoncés sont largement minorés:
250 loups c'était en janvier 2012, depuis l'administration n'a pas fournit de nouvelle estimation
20% de progression c'est pour ne pas faire peur: la réalité est bien plus près des 30 % :
-29,5 % donné en préfecture de valence
-27% publié par le cefs, l'oncfs, le laboratoire d'écologie alpine

Nous regarderons attentivement les premiers résultats de ce plan loup! Mais étant élaboré avec des données pipées il ne peu en aucun cas être a la mesure des résultats escomptés...
Cela confirme ce que nous avons déjà écrit: "la complicité et la volonté de l'état d'être le commanditaire des attaques sur les troupeaux" ce qui est surprenant c'est la participation de certains représentant des éleveurs a cette volonté de nuire

dimanche 24 mars 2013

Conférence et atelier annulés!

http://www.bm.scionzier.fr/opacwebaloes/index.aspx
"
Les ateliers prévus le 3 Avril et la conférence-débat prévue le 12 Avril sont annulés.
Les animations "Le temps des histoires" et le concours créatif sont toutefois maintenus. La remise des résultats et des récompenses du concours aura lieu le mercredi 3 Avril, à 18h.
Nous vous remercions de votre compréhension.

"

Nous remercions PIRGUS 74 et Hervé Urbain de  nous avoir averti sans le vouloir de l'annulation de cette conférence...

Nous ne pouvons en être responsable, mais cela est plutot liè a la qualité des "intervenants" et a l'objectif non avoué de vouloir endoctriner les populations et en particulier les enfants ...

L'exposition que nous avions déjà commentée a été retiré des fonds de la bibliothèque inter départemental, suite a ces échanges, nous ne pensions donc pas voir revenir cette exposition dans une bibliothéque de votre département...

La conférence avec un "marchant du temple", ( Mr landry se fait financé depuis de nombreuses années pour promouvoir des moyens dit de protection qui ne marchent pas mais cela permet de gagner du temps et de dépenser l'argent publique pendant que les loups s'installent ( 80 % des troupeaux attaqués dans les alpes ont mis en place ces moyens sans que cela ne face baisser la prédation)), nous seriont probablement venu a plusieurs éleveurs et monsieur landry auraient fini comme a sallanches il y a un peu plus d'un an par donner raison au intervention venu du publique et a reconnaitre que: le loup mange de la viande, le patou ne fait pas tous, c'est beaucoup plus compliqué,...
Cette année nous lui aurions demandé comment son collier pouvait fonctionner alors que beaucoup d'éleveurs n'ont pas de réseau téléphonique, ni chez eux ni sur les paturages?

Pour l'attelier avec la frapna! Il faut se demander quel est l'objectif de ces militants, pour cela il faut lire le livre d'emmanuel grenier sur les fondements des mouvements écologistes...

Les questions a se poser sont:
-ces personnes doivent elle encore proposer des animations au contact des enfants?
-es élus ne devraient ils pas mieux regarder avant de distribuer les subventions?


 

samedi 23 mars 2013

Yves Derbez à la sortie du Groupe National Loup : «De véritables avancées »

http://www.eleveursetmontagnes.org/presse/697-communique-deleveurs-et-montagnes-du-22-mars-2013
"

Un grand pas avant

Si nous arrivons à atteindre l'objectif fixé d'ici la fin de l'année, nous aurons déjà fait un grand pas en avant. L'Etat affiche sa volonté de renforcer les tirs de prélèvements et les tirs de défense. L'objectif est bien de tuer les loups qui menaceront les troupeaux. Le plafond est fixé à 24 loups. Si nous y arrivons, quelque chose de vraiment important aura été fait. »
Avant de quitter le Groupe National Loup, Yves Dervez a reçu l'assurance de plusieurs personnalités du groupe de participer à l'Assemblée générale de l'association Eleveurs et Montagnes qui se déroulera le 8 avril à Forcalquier. Christophe Castaner, député des Alpes-de-Haute-Provence et maire de Forcalquier, a présidé le Groupe National Loup et assuré à nouveau les éleveurs de son soutien. Il sera présent à l'AG d'E&M.
"

vendredi 22 mars 2013

22 loups pourront être tués cette année en France

http://www.dici.fm/actu/2013/03/22/22-loups-pourront-etre-tues-cette-annee-en-france#.UUywer3opkQ.gmail
"
Hautes-Alpes : 22 loups pourront être tués cette année en France et 2 en "ajustement".
C'est ce qui est ressort de la nouvelle réunion du Groupe national Loup aujourd'hui à Lyon, sans les ministres concernés, Écologie ou Agriculture. Ce plafond est proposé sous réserve de validation du conseil national de protection de la nature.Le chiffre de 22 + 2 intègre une "clause de revoyure à la moitié du plafond atteint".
"


Cette déclaration est en fait une mauvaise nouvelle pour l'élevage, la ruralité...
Si il n'y a que 250 loups en france ( chiffre officiel) avec un accroissement de 30% par an de la population il y en aurait 75 de plus en un an

Donc en faisant le choix de limiter les possibilités de prélèvement a 22 pour cette année l'état confirme son choix de privilégier les loups au détriments des éleveurs, des bergers, des professionnels qui dépendent d'eux et des familles de tous...

Comme écrit il y a peu l'état fait le choix d'être le complice et le commanditaire des attaques des loups féroces et sanguinaires sur les troupeaux

jeudi 21 mars 2013

Procés de Nice

Comme prévu l'audience d'aujourd'hui a entériné le report du procès de didier au 10 octobre 2013 a 13 h 30

Pour mémoire, la pétition et l'histoire:
http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/2013/01/urgent-petition-avant-le-21-mars.html?showComment=1363899514054

mercredi 20 mars 2013

Pocès de Nice

Didier se rendra avec un avocat de remplacement demain a l'audience pour formaliser le report du procès...

Nous connaitrons a ce moment là la nouvelle date que nous vous transmettrons

Le jour ou cela sera débattu et jugé, il sera organisé un rassemblement de soutien devant le tribunal avec les syndicats et associations locales, une déléguation se rendra probablement en préfecture ^pour remettre la pétition

 

Le loup et l’ours, auxiliaires de l’écologie profonde

http://www.lesobservateurs.ch/2013/03/20/le-loup-et-loursauxiliaire-de-lecologie-profonde/
"
Au nom de la sauvegarde de la biodiversité, le “Plan loup” prétend protéger «strictement» un animal dont l’espèce serait «menacée d’extinction » ou « en voie d’extinction ». Il n’y a rien de plus faux : le loup ne figure pas à l’inventaire des espèces menacées ou en danger de l’Union internationale pour la conservation de la nature ; sa population est qualifiée de « stable ». On peut même affirmer aujourd’hui qu’elle est en forte expansion…
...
On évalue actuellement la population de loups en Suisse entre quinze et vingt individus, avec au moins une meute de quatre à six individus dans les Grisons. Parmi eux, combien de loups d’élevage (ou semi-sauvages) en provenance du Parc national des Abruzzes ? Ces animaux élevés en Italie ne peuvent franchir seuls les zones industrielles et autoroutières du Nord de la Péninsule ; ils ont manifestement été « transportés » dans les Alpes. On aurait même observé, en Gruyère, un cas d’héliportage qui devrait faire l’objet d’une décision judiciaire
...
Prétexte invoqué : « L’article 9 de la Convention de Berne offre déjà suffisamment de possibilités de résoudre les conflits, même dans un pays comme la Suisse qui, au moment de la ratification de la Convention, n’a pas exprimé de réserve à l’encontre du statut de protection du loup ». Et vlan ! L’absence de réserve émise lors de la ratification revient comme un boomerang dans la figure d’une classe politique qui, au seuil des années 80, n’a rien vu venir. Mais pourquoi les gardiens européens de la Révolution lupine s’abstiennent-ils, dans leur réponse, de faire la moindre allusion à la stabilité, voire à l’expansion du canis lupus en Europe ? Et pourquoi une Convention censée s’occuper de la faune sauvage protège-t-elle strictement des animaux d’élevage, semi-sauvages ?
"

voici l'analyse de louis dollo:
http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/Loups/Europe/Suisse/2013-03-20-Loup-Suisse-Mensonges-Manipulations.html
"

Ci-dessous, le journaliste suisse Jean-Philippe Chenaux met en lumière certaines pratiques qui ressemblent à ce qui a été vécu en France. Il suggère des accusations qui, si elles étaient avérées, pourraient bien remettre en question le comportement de certains fonctionnaires et associations de protection de l’environnement déjà mises à mal sur d’autres sujets.
Dans cet article il nous montre que l’écologie politique, que ce soit en Suisse ou ailleurs, n’est qu’une vaste imposture et constitue une grande escroquerie dans tous les sens du terme :
  • Escroquerie morale à l’égard de personnes sensibles à la protection de l’environnement
  • Escroquerie financière en trompant les donnateurs et en utilisant des fonds publics dans des conditions discutables et incontrôlées.
En attendant d’autres révélations plus précises, notons déjà ce qui suit d’autant qu’il est assez peu probable que les organisations écologistes soient en mesure de démentir ces observations.
"

a lire absolument
 

Chronique de Marcel Rufo


suite a la précédente chronique qui avait fait réagir:
http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/2013/02/les-senateurs-atteints-de-nevrose.html
voici sa réponse
http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/2013/02/la-reponse-de-marcel-rufo.html

Monsieur Rufo viens de nous avertir d'une chronique d'hommage au pastoralisme mardi...

rendez vous mardi a 8 h40 sur france inter
http://www.franceinter.fr/emission-la-chronique-de-marcel-rufo-la-chronique-de-marcel-rufo
 

mardi 19 mars 2013

Le plan loup a-t-il été rédigé dans le respect de la légalité ?

http://www.kairn.com/fr/milieu-montagne/87138/le-plan-loup-t-il-ete-redige-dans-le-respect-de-la-legalite.html

"
A priori, et sauf erreur de notre part, il n’existe aucune communication officielle de ce plan. Il a été envoyé par le Ministère de l’Ecologie aux membres du GNL le 18 mars à 17h59. Nous avons pu nous en procurer un exemplaire pour en assurer nous-même la diffusion.


La composition du Groupe National Loup est en lui-même une curiosité de l’interprétation de la démocratie qui constitue un cas d’école en France. Mais en définitive assez proche de ce qui se fait au niveau du Conseil de l’Europe...

....
Par ailleurs, les membres, en fait, les quelques-uns qui ne sont pas des fonctionnaires, ne disposent que de 3 jours francs pour l’étudier, se concerter au sein des syndicats et des associations. N’y a-t-il pas là une volonté de faire de ce GNL une simple chambre d’enregistrement qui, au final, ne répondra pas aux attentes des éleveurs soumis à la prédation et engendrera des conflits permanents. Une situation parfaite pour les associations écologistes dont le fonds de commerce producteur de dons et subventions est le conflit permanent et non la protection de l’environnement et le développement de la biodiversité.

"

Un dossier a suivre sur le lien en haut de page....

L'Etat complice, voir commanditaire des attaques de loup?

Samedi 15 mars plus de 100 personnes se sont rassemblées a Rochefort-Samson pour l'assemblé générale de l'association des éleveurs et bergers du vercors drome isère (EBVDI).
Nous avons constaté parmi les personnes présentes, des lozériens, ardéchois, isérois, dromois...
La présence de Monsieur le sous préfet de Die, de Monsieur Vignon conseiller général, de Madame Git conseillère régionale, de plusieurs Maire,...
Parmi les associations représentées: les transhumants des hauts plateaux du vercors, solidarité pastorale, le cercle, la far...
La coordination rurale, la confédération paysannes étaient représentés, (si d'autres syndicats étaient représentés qu'ils nous en avertissent nous corrigerons)

Il faudrai plusieurs articles pour résumer tous ce qui s'est dit...

Pour ce soir nous retiendrons une intervention a l'attention de Monsieur le sous- préfet de Die:

" Monsieur vous représenter l'état, c'est a ce titre que je m'adresse a vous.
Une commission d'enquête parlementaire a en 2002 dénoncé la trop grande proximité entre les association pro-loup et l'administration mais a ce jour rien ne semble avoir changé:

Vous venez de nous parler de la protection des loups, celle ci est basée sur un mensonge de l'uicn france qui ne respecte pas le règlement de l'uicn monde: pour qu'une espèce soit protégée au niveau d'un pays il faut qu'elle le soit au niveau mondial et que dans ce pays il y ai au moins un % de la population mondial, cela fait 2 raisons de ne pas protéger les loups en france.

Nous ne comprenons pas l'agrément attribué par le ministère de l'écologie a l'uicn en janvier devons nous comprendre que vous cautionner ces mensonges?

Cela fait 2 raisons de modifier la convention de berne dont les annexes sont basées sur les listes de l'uicn


Vous devez assurer la sécurité des biens et des personnes, or les troupeaux sont est biens, et vous semblez ne rien faire

Réponse de monsieur le préfet: " a Marseille c'est pire il y a des règlements de compte"

Pourquoi toujours regarder ou c'est le pire, si dans la drome il y avait régulièrement des braquages de banque, des cambriolages de maisons bourgeoises,... resteriez vous sans agir?


Vous devez appliquer les lois françaises, comme par exemple:

-Article L113-1 (en particulier l'alinéa 8) ou il est écrit: "8° Assurer la pérennité des exploitations agricoles et le maintien du pastoralisme, en particulier en protégeant les troupeaux des attaques du loup et de l'ours dans les territoires exposés à ce risque. "
A ce jour cela n'est pas le cas, certains dans la salle n'ont plus de repreneur ou ont vendu leur troupeau...

-Article L2212-2 (en particulier l'alinéa 7) "7° Le soin d'obvier ou de remédier aux événements fâcheux qui pourraient être occasionnés par la divagation des animaux malfaisants ou féroces ;"
Si un maire prend un arrêté en évoquant cet article vous ou vos confrères l'annuleront en disant que cela ne fait pas parti de ces compétences!
Alors que tous le monde est d'accord pour dire que les loups sont des "des animaux malfaisants ou féroces "

Dans d'autres pays ils ont trouvés la solution:
- en suisse chaque fois que 25 animaux sont prédatés en un mois ou 35 en 3 mois un tir de prélèvement sera décrété est réalisé
- Au état units, la chasse est ouverte il suffit de déclarer dans les 24 heurs que l'on vient de tuer un loup
-En arménie, il y a même des primes, en 2012, 50 euros par loups morts plus de 170 tirs de réalisés
-En russie ou une importante défenseur des éléphants empoisonneurs voulait s'exiler, en particulier en yacoutie du nord, l'état d'urgence est décrété, il y a des primes de 2000 euros pour chaque loups morts avec un objectif de 3000 réalisations

Vous, comme l'Etat êtes donc complices, voir commanditaires des attaques sur les troupeaux des personnes présentes ici ou pas..."

Monsieur le sous préfet aura comme seul commentaire " Que voulez vous répondre a cela" en refusant le micro
http://www.pyrenees-pireneus.com/Environnement/Institutions-Commissions/Union-Europeenne/Groupe-Travail-Grands-Carnivores/2013-01-25-Europe-Groupe-Travail-Grands-Carnivores-Presentation.html

"
La Direction générale de l’Environnement de la Commission européenne organise ce vendredi 25 janvier une réunion de travail sur la "Conservation et la gestion des grands carnivores dans l'union européenne". Cette réunion qui regroupera un peu moins de 100 personnes, permettra à la CE de consulter les "parties prenantes" à travers plusieurs groupes de travail entre 10 et 17 heures, dans les bâtiments de le commission.

  • Présentation du Groupe de Travail sur la conservation et la gestion des grands carnivores dans l'Union Européenne
  • Que s'est-il passé à Bruxelles ?
  • L'ADDIP écrit à la Direction de l'Environnement de l'Union Européenne

  • ...
    Avant même que la réunion ne débute, nous pouvons constater à travers sa présentation que :
    1/ La commission n’a rien compris à ce qui se passe sur le terrain ou refuse de voir la réalité.*
    2/ Elle parle de « perception » alors que les habitants et les éleveurs constatent une réalité : des prédations importantes et un danger évident et historiquement connu et reconnu
    3/ Elle part d’un principe acquis que certains humains sont condamnés à vivre au milieu des animaux sauvages dangereux comme Saint François d’Assise sans qu’ils ne puissent faire part de leur volonté de ne pas en avoir.
    4/ La commission vit dans un délire le plus total en imaginant imposer son point de vue par la participation des habitants à quelques folklores afin de leur donner le sentiment de servir à quelque chose. Difficile lorsque la majorité de la dite population le refuse comme dans les Pyrénées.
    5/ Proposer « la fourniture d'assistance technique et économique » c’est-à-dire des aides financières à des personnes qui n’en veulent pas et préfèrent vivre en paix c’est déjà s’assurer un fiasco.
    6/ Vouloir, sous la contrainte, « instaurer une compréhension mutuelle des intérêts respectifs des parties prenantes » est une pure idiotie. Ceux qui veulent des grands prédateurs ne sont pas ceux que l’on oblige avec et ne peuvent donc pas être « partie prenante ».
    Sur ce dernier point l’illustration est à son comble lorsque nous ne voyons aucun expert pyrénéen parmi les invités et que l’association écologistes pro-ours, ADET-Pays de l’ours, est représentée par un bouffon belge. Face à une telle situation, il est clair qu’aucun dialogue n’est possible et que l’idée assez saugrenue consistant à imaginer que les pyrénéens changent d’avis n’est surement pas pour demain.
    Avant de débuter, nous pouvons affirmer que cette réunion n’a strictement aucun avenir, au moins pour les Pyrénées et ses ours slovènes.
    Louis Dollo, le 17 janvier 2013
    "

    Prenez le temps d'aller lire ces articles et surtout la lettre de l'ADDIP...
    Vous en apprendrez surement sur le fonctionnement de "l'europe"!

    

    lundi 18 mars 2013

    Procés a nice...

    En accord avec les syndicats et associations locales nous n'avons pas jugé utile de mobiliser pour aller manifester a nice le 21 mars 2013 car:
    - Une demande de report du procès aurait été déposé
    - Cela prend du temps et fait faire de nombreux kilomètres en particulier pour ceux de rhone alpes
    - Il faudra être présent le jour ou cette affaire sera jugé, nous connaîtront la date suite a l'audience du 21
    - Cela sera peut être l'occasion, en plus du soutien a didier, de faire connaître notre avis sur le futur plan loup
    ...

    La pétition en est a ce jour a plus de 1000 signatures

    Pour rappel nous l'avions lancé avec une conférence de presse a nice (la gaude), en partenariat avec la chambre d'agriculture, la FDSEA, les JA, la FDO, EBVDI, la FAR qui étaient représenté ce jour là
    Voici une partie du diaporama:



    Depuis plus de 3000 ans le pastoralisme a façonné nos paysages



    Créant une activité économique respectueuse de l'environnement
     L'état a reconnu cela en créant le parc national du Mercantour


     

    En 1992 l'équilibre fut rompu par la réintroduction des loups

     

    qui épuise les éleveurs :



    car ils sont obligés de garder leurs troupeaux 24H sur 24 L'administration leur impose des moyens dit « de protection » dont l'efficacité reste a prouver en effet 80% des troupeaux attaqués ont suivi ces consignes (323 .C) Sans que cela ne puisse réduire le risque
     
    Les éleveurs arrivent dans une situation de « Burn out » car ils sont épuisés physiquement et mentalement
     
     

    le traumatisme des éleveurs est profond, il est accentué à chaque



    attaque, jusqu'au désespoir...Un petit rien peut rapidement faire dégénérer la situation
    Pour cela nous attendons des agents constateurs qu'ils appliquent leur devoir de réserve

     
     

    Le malaise est encore plus palpable car les



    éleveurs ont un sentiment d'abandon de la part de l'administration :
     
    -Réintroduction basé sur un mensonge de l'UICN France et Europe Les listes rouges national et européenne ne respectent pas le règlement de l'UICN mondiale
     
    -Non respect des obligations de l'état :Obligation d'assurer la sécurité des biens et des personnes, des lois L113.1du code de l'environnement ; L2212.2 du code des collectivités territoriales
     

    C'est pour cela que nous soutenons



    l'éleveur d'Entraunes
     

    Car nous ne pouvons encourager ce qui c'est passé

    Mais cela n'aurai jamais eu lieu des sans éléments déclencheurs comme à monétier les bains dans les Hautes Alpes


    Nous demandons à l'administration de prendre lesmesures qui s'imposent pour que cela ne se reproduise pas

    L'agent constateur doit appliquer son devoir de réserve, rester neutre

    En conséquence nous soutenons Didier
     
    Avec une pétition disponible sur le site de la Fédération des Acteurs Ruraux (http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/)
    Nous le soutiendrons le 21 mars lors de son  passage au tribunal le rassemblement a proximité













     

    dimanche 17 mars 2013

    Loup et protection des troupeaux : le délire administratif

    http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/Loups/France/Droit-Legislation-Reglementation/2013-03-15-Loup-Protection-Troupeaux-Delire-Administratif.html
    "
    Alors que le Groupe National Loup ne s’est pas encore réuni pour finaliser le futur Plan Loup, que le nouveau plan loup est donc toujours officiellement en discussion et que la consultation publique n’a pas encore eu lieu, une Circulaire de 19 pages (74 avec les annexes) du Ministère de l’Agriculture datée du 5 mars 2013 a été diffusée. Objet de la circulaire : « Mesures de "protection des troupeaux contre la prédation" mises en œuvre dans le cadre du dispositif intégré en faveur du pastoralisme (323 C1) du PDRH (1) pour la campagne 2013 ». On notera que cette circulaire concerne la « prédation » en général sans préciser s’il s’agit de loup, ours, lynx ou renard. Ce qui laisse la porte ouverte à toutes les interprétations
    ...
    "

    Pour lire tous l'article rendez-vous sur le lien du haut de page...

    Loup : ils réclament des mesures efficaces

    http://www.ledauphine.com/drome/2013/03/16/la-derniere-attaque-de-loup-il-y-a-une-quinzaine-de-jours-a-saint-bardoux-a-fait-l-effet-d-un

    "
    Les mesures de protection ont montré leurs limites
    Ainsi que l’a rappelé Michel Curt, « cela fait bientôt 20 ans que nous prenons des mesures de protection contre les attaques. Des mesures souvent inefficaces qui, au mieux, ne font que déplacer le problème ».
    Avant d’ajouter : « D’autant que le loup ne se cantonne plus désormais dans les massifs montagneux, il est descendu en plaine. L’attaque de Saint-Bardoux en est le plus parfait exemple. Faut-il attendre qu’un randonneur se fasse attaquer pour que l’administration réagisse enfin ? »
    « Nous sommes très attentifs à cette situation, comme à bien d’autres », a répondu le sous-préfet. « S’il faut mettre des moyens, nous les mettrons », a-t-il assuré avant de présenter les grandes lignes du nouveau plan loup qui doit entrer en vigueur au printemps. Un plan qui n’a pas eu l’heur de convaincre les nombreux éleveurs et bergers présents.
    Pour la secrétaire de l’association, Anette Jouvent, il est temps de prendre des mesures plus efficaces : « Des autorisations de tirs devraient être accordées à tous les éleveurs et bergers, sachant que les mesures de protection ont montré depuis longtemps leurs limites. Y compris l’utilisation des Patou ». Les éleveurs estimant avoir atteint justement les limites « d’une cohabitation forcée »…
    "

    Ces mesures vaguement énoncées par monsieur le sous préfet n'ont convaicu personne, pas plus les dromois, que les isérois, les ardéchois, ou les lozèriens présent dans la salle...